Saturday, October 16, 2021
Culture

La Renaissance au Musée des Beaux-Arts de Rouen

Dans le cadre de ma formation, j’ai eu l’occasion de visiter le musée des Beaux-Arts de Rouen (76). Cette première sortie avait pour but de me faire découvrir et comprendre la période de la Renaissance et d’observer différentes peintures.

I/ Les caractéristiques de la Renaissance

La Renaissance correspond à la période du XVIe siècle. Elle se divise en plusieurs parties : la première Renaissance en Italie, ensuite la Haute Renaissance (arrivé du mouvement en Europe) et enfin la Renaissance tardive ou maniérisme. Le maniérisme s’éloigne de la perfection pour chercher le “style”.

 Lors de ma visite au musée, j’ai pu observer des peintures et des sculptures du mouvement culturel humanisme.

Ce mouvement possède différentes caractéristiques : l’Homme va être placé au centre du monde, il s’oppose au divin et donc à la vision de l’art du Moyen Age. L’humanisme correspond à la redécouverte de l’Antiquité et des textes grecs anciens (sur la philosophie et des poèmes) mais c’est aussi la redécouverte de la mythologie.

Les humanistes ont également certaines valeurs telles que la justice ou la tolérance et ont à cœur de diffuser leurs idéologies.  

Cette période est marquée par de nombreuses découvertes comme l’invention de l’imprimerie par Gutenberg, la découverte de la médecine et de l’étude de l’anatomie par le biais de dissections.

La Renaissance va voir naître de nouveaux types de peinture : le portrait et les paysages. On va également inventer la toile pour remplacer le bois qui servait autrefois de support à la peinture.

Les humanistes souhaitent représenter l’Homme de manière plus naturaliste, ils veulent donner l’illusion du vivant et vont donc simuler le mouvement. Pour cela, ils vont inventer la perspective. On en distingue deux différentes : linéaire (avec l’utilisation d’un point de fuite) et atmosphérique (changement de couleur, généralement éclaircissement pour donner un effet de profondeur).

Dans les œuvres humanistes, on retrouve le même canon de beauté que dans l’Antiquité, c’est-à-dire qui mesure 7 têtes et demi. Ils représentent des corps parfaits pour montrer un esprit parfait.

II/ La Renaissance en France

Cette époque de Renaissance a mis presque 100 ans à se diffuser en Europe à cause de la guerre de cent ans. C’est grâce à François 1er que cela va s’étendre, il va permettre la création et le voyage des artistes.

C’est à cette époque que les artistes commencent à voyager et à être reconnus, ils sont valorisés pour leur personnalité et leur travail. L’école de Fontainebleau a pour but de transmettre les connaissances des italiens aux français. L’objectif des œuvres est de raconter une histoire, de faire passer un message. On ne va plus chercher la technique mais le contenu et les émotions qu’elles dégagent.

III/ Les tableaux mythologiques

Lors de la Renaissance, on va beaucoup peindre la mythologie. Dans un premier temps parce qu’on la redécouvre avec les anciens écrits de l’Antiquité. Mais aussi car ces peintures permettent aux artistes de travailler le nu. A l’époque, on en peut représenter une personne nue, exception faites des dieux et déesses de la mythologie.

Cependant, à l’époque, les femmes n’ont pas le droit de peindre des nus et n’ont donc pas le droit de peindre des scènes de la mythologie.

IV/ Quelques tableaux observés et analysés

Le Bain de Diane par François Clouet
Renaissance peinture

Cette œuvre est très connue, elle s’inscrit dans le maniérisme. François Clouet a représenté la déesse Diane, déesse de la chasse, lors de son bain au moment où Actéon chassait. Celui-ci la voit donc nue et elle s’indigne et va le punir (il se fera transformer en biche et se fera dévorer par ses propres chiens). Sur ce tableau, on peut voir les différentes étapes de l’histoire, une partie à gauche, une au centre et une à droite.

Cette peinture mythologique est aussi une allégorie de la cour des Vallois avec Diane de Poitiers.

Vénus et Cupidon par Lavinia Fontana
renaissance peinture

Lavinia Fontana est une femme artiste très reconnue, c’est une pionnière. C’est une des seules femmes de l’époque à avoir réussi en tant qu’artiste. Elle a été élue à l’académie des Beaux-Arts. Lors de sa vie, elle va être invité à Rome par deux papes différents qui voulaient qu’elle réalise leurs portraits. Lavinia Fontana ne faisait que des portraits car étant une femme, elle n’avait pas le droit de faire des peintures d’histoires.

Dans ses tableaux, elle avait à cœur de valoriser les femmes avec des vêtements et des bijoux. Elle faisait notamment des tableaux de fiançailles : portrait que l’on envoyait à son futur mari ou future épouse avant le grand jour pour savoir à quoi l’autre ressemblait. Ces portraits spécifiques s’inscrivent dans le maniérisme.

Dans ce tableau Vénus et Cupidon, elle se représente elle-même dans le but d’envoyer ce tableau à son fiancé. Cependant, elle se représente en tant que déesse de l’amour, Vénus. A ses côtés, un enfant représentant Cupidon.  Dans cette œuvre, on retrouve les caractéristiques de Cupidon avec son arc et sa fameuse flèche. A l’époque, la couleur de la flèche avait une symbolique importante : si celle-ci était doré, elle représentait l’amour comme ici et si elle était en bronze, elle montrait le désamour.

La flagellation du Christ

Son auteur est inconnu. Dans le paysage du fond, on peut voir que la perspective est utilisée, atmosphérique mais aussi linéaire. L’architecture représentée rappelle l’Antiquité avec de nombreuses colonnes.

Il s’agit ici d’un sujet religieux mais traité de façon moderne (avec la beauté à l’antique), il y a aussi l’utilisation contrapposto. Le Christ n’est pas représenté en position de souffrance et de douleur. Il y a une réelle mise en scène des bourreaux dans le but d’exprimer la violence à travers leurs gestes.

D’autres articles sur la culture ici

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back To Top